27 avr. 2018

Pierre Thiry - La Princesse Élodie de Zèbrazur et Augustin le chien qui faisait n'importe quoi...

Un album pour tous les enfants à partir de 3 ans jusqu'à 117 ans


Synopsis : Elodie de Zèbrazur est une princesse. Augustin est un chien. Elodie aime beaucoup Augustin. Mais Augustin fait n'importe quoi, vraiment n'importe quoi. Et lorsqu'on fait n'importe quoi il arrive des tas d'ennuis. Que va-t-il se passer? Tu le sauras peut-être en ouvrant ce livre. En écoutant la musique des phrases, en écoutant le bruit des vagues, en écoutant le souffle du vent et le chant des coquillages tu découvriras une infinité de choses merveilleuses et inattendues...

------------------------------------------------------------ Informations ------------------------------------------------------------

Date de sortie : 7 novembre 2017
Editions Books on Demand - 68 pages
8 euros (broché) 
Source : Amazon (lien affilié)

------------------------------------------------------------ Mon avis -----------------------------------------------------------------

Elodie vit dans un beau château situé entre la mer et la forêt. Une vie de princesse oui, mais mouvementée avec Augustin le chien qui faisait n'importe quoi. Et les bêtises d'Augustin font tourner la tête de Madame Brichard, qui s'occupe du château des Zébrazur. Elle aime que tout soit en ordre, un peu trop même !

Elodie aime bien Augustin, qui met de la folie dans son quotidien assez répétitif. Mais parfois, il fait vraiment n'importe quoi ! Mais ce qu'Elodie aime surtout, c'est venir se reposer sur la plage et admirer la belle sirène Sapience de Pressiozitédémerode.

Pierre Thiry a été le premier auteur à me contacter lors de la création de mon blog. Il m'a de nouveau fait confiance en m'envoyant sa nouvelle histoire, que ma fille s'est empressée de découvrir. Il faut que les princesses, ça lui parle ! 

Pour son nouvel ouvrage, Pierre Thiry a fait appel à Samar et Hani Khzam, illustrateurs et graphistes. Les illustrations de ce livre sont d'ailleurs un plus puisque certaines ont volontairement été laissées en noir et blanc pour que le lecture puisse laisser libre court à sa créativité en les coloriant s'il le souhaite.

J'ai lu à ma fille l'histoire d'Elodie la princesse avant sa sieste du mercredi. Elle a été très attentive et a trouvé Augustin très rigolo. L'histoire est agréable à lire, à haute voix ou non. Personnellement, j'ai juste eu du mal à prononcer le nom de la sirène Sapience de pressiozitédémerode (allez, avouez ... Vous aussi ?), ce qui nous a valu un petit moment de rire avec Lea, qui m'a dit que je perdais la tête.

Ma fille a aimé l'histoire, et comme à chaque nouveau livre qu'elle reçoit, elle s'est endormie avec. Depuis, il a rejoint son panier à livres, avec Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines. 

Encore merci Pierre Thiry pour votre gentillesse !

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager grâce aux icônes juste en dessous :)

24 avr. 2018

Jacqueline Sauvage - Je voulais juste que ça s'arrête

En moyenne, 225 000 femmes sont victimes de violences conjugales.

témoignage de jacqueline sauvage. Violences conjugales.


Synopsis : Quarante-sept ans de mariage. D'abord une histoire d'amour, comme il y en a tant d'autres. Mais très vite, les insultes, les coups, l'engrenage de la violence. L'homme à qui Jacqueline Sauvage a confié sa vie l'a transformée en enfer, régnant sur le foyer en véritable tyran.
Jacqueline qu'il blesse, qu'il torture au quotidien mais aussi leurs enfants qu'il humilie, qu'il frappe, qu'il terrorise. Tous partagent le même sentiment paralysant : la peur. Cette peur qui les empêche de partir, qui les empêche de le dénoncer.
Et puis il y a ce lundi 10 septembre 2012. Ce jour où, après une ultime agression, Jacqueline commet l'irréparable. Trois coups de fusil. Le bourreau est mort. Elle l'a tué.

------------------------------------------------------------ Informations ------------------------------------------------------------

Date de sortie : 22 février 2017
Editions Fayard - 252 pages
18 euros (broché) - 6.99 euros (ebook)
existe également en format poche : 6.90 euros
Source : Amazon (lien affilié)

------------------------------------------------------------ Mon avis -----------------------------------------------------------------

Jacqueline Sauvage est née en 1947. Elle rencontre Norbert à 15 ans. Norbert est un gros dur. Au moment de leur rencontre, il sort d'une maison de correction. Leur idylle pasionnée est secrète car Norbert n'est pas quelqu'un d'apprécié. Jacqueline tombe enceinte. Malgré les mises en garde de sa famille, Jacqueline va s'entêter dans cette relation. Une relation qui va la conduire à sa perte.

Si vous suivez l'actualité, vous avez forcément entendu parler de Jacqueline Sauvage. Battue pendant 47 ans, elle finit par tuer son mari. S'en est suivi de longues années d'incarcération et de procès, jusqu'à la grâce présidentielle accordée par François Hollande le 28 décembre 2016.

Il m'est difficile de chroniquer ce type de témoignage. Chacun a son avis concernant la culpabilité de Jacqueline Sauvage quant au meurtre de son mari. Doit-on faire justice soi-même lorsque l'on a vécu dans la violence ? Violence physique, verbale, psychologique, sexuelle ... Jacqueline et ses enfants n'ont jamais été épargnés. Et si Jacqueline avait quitté son mari ? Et si elle avait porté plainte dès le départ ? Et si, et si ?

L'histoire de Jacqueline Sauvage me rappelle inévitablement celle d'Alexandra Lange, victime également de violences conjugales. Cette affaire a été médiatisée et a donné lieu à un film, "L'emprise", avec Odile Vuillemin, Fred Testot et Marc Lavoine. Ce film m'avait d'ailleurs pris aux tripes.

Pour survivre, ces deux femmes ont tué leur époux. Face à la justice, elles ont d'ailleurs été défendues par les mêmes avocates. Des avocats qui ont compris leur souffrance, et qui ont pu les défendre au mieux devant la justice. Une justice bien étrange, qui condamne une femme en danger à des années de prison ... Passons ...

Je ne jugerai pas le geste de Jacqueline Sauvage. Je pense surtout à elle, au calvaire sans fin que sa famille a vécu, et je n'ai aucune pitié pour son mari, qui pour moi était une ordure. Et encore, le mot est faible, bien trop faible !

J'ai trouvé ce témoignage révoltant. Il m'a fait mal au cœur. La violence conjugale est un fléau que je ne comprendrai jamais. Je souhaite à Jacqueline Sauvage et ses enfants de pouvoir trouver l'apaisement désormais.

publicité sur la violence conjugale
Source : France 3

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager grâce aux icônes juste en dessous :)

20 avr. 2018

Agnès Martin-Lugand - A la lumière du petit matin



Synopsis : Peut-on être heureux quand on se ment à soi-même ?
À l'approche de la quarantaine, Hortense se partage entre son métier de professeur de danse et sa liaison avec un homme marié. Elle se dit heureuse, pourtant elle devient spectatrice de sa vie et est peu à peu gagnée par un indicible vague à l'âme qu'elle refuse d'affronter. Jusqu'au jour où le destin la fait trébucher... Mais ce coup du sort n'est-il pas l'occasion de raviver la flamme intérieure qu'elle avait laissée s'éteindre ?

------------------------------------------------------------ Informations ------------------------------------------------------------

Date de sortie : 29 mars 2018
Editions Michel Lafont - 331 pages
18.95 euros (broché) - 9.99 euros (ebook)
Source : Amazon (lien affilié)

------------------------------------------------------------ Mon avis -----------------------------------------------------------------

Hortense a quarante ans. Professeure de danse à Paris, elle pensait être heureuse. Amoureuse d'Aymeric et entourée de ses amis et associés Sandro et Bertille, Hortense vit pleinement sa vie. Enfin, c'est ce qu'elle pensait ... Aymeric est un homme marié et père de famille, et leur relation passionnelle ne suffit plus à Hortense. 

Suite à un accident, Elle va retourner en Provence, sa région natale. Retrouver La Bastide, maison chère à son cœur, retrouver sa meilleure amie Cathie et faire la connaissance d'Elias. Ces quelques semaines de convalescence, loin du tumulte parisien, vont lui permettre de réfléchir à ce qu'elle veut réellement, et surtout ce qu'elle ne veut plus.

Mars a été riche en sortie littéraire. Il y a environ trois ans, je découvrais la plume d'Agnès Martin-Lugand et j'ai été conquise ! J'attendais donc avec impatience ce nouveau roman, que j'ai dévoré avec bonheur en quelques jours.

C'est fou, mais je me sens proche de chaque héroïne présente dans les livres d'Agnès Martin-Lugand. Je les découvre affaiblie par la vie, mais sur un chemin de reconstruction. Ce sont des femmes comme vous et moi, des femmes fortes, qui se remettent en question et apprennent à donner le meilleur d'elles même. Et encore une fois, j'ai été attendrie par Hortense.

Folle amoureuse d'Aymeric, elle a tout fait pour lui : accepter de n'être que "l'autre femme", se contenter de deux soirs par semaine avec lui, deux jours de vacances par ci, un restaurant par là ... Elle pensait que cette vie lui convenait, mais lorsqu'elle a vraiment eu besoin de lui, il n'a pas pu et n'a pas su lui apporter son soutien. D'ailleurs, si Aymeric ne m'a pas déplu au départ, il a rapidement baissé dans mon estime. J'ai espéré très fort qu'Hortense ouvre enfin les yeux. Ses amis l'ont prévenue, mais tout le monde connait le dicton : "L'amour rend aveugle ..."

Hortense décide de partir quelques temps de Paris. Besoin de s'éloigner d'Aymeric, de l'école de danse dont l'évolution ne lui convient pas, de ses associés et amis. Besoin de retrouver la nature, la maison familiale où elle a vécu ses plus beaux moments avec ses parents, décédés quatre ans plus tôt. Besoin de faire le point sur sa vie et d'aller de l'avant. C'est la partie du roman que j'ai préféré. Voir Hortense remonter la pente m'a rendue fière d'elle, comme si elle était une amie. J'étais heureuse de la savoir soutenue par ses amis Cathie et Mathieu, et par Elias. 

"A la lumière du petit matin", dont la couverture est une nouvelle fois sobre et très belle, est un coup de cœur ! Merci Agnès Martin-Lugand de rendre chaque lecture addictive ! Et belle vie à Hortense !

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mes autres chroniques d'Agnès Martin-Lugand :

17 avr. 2018

Retour sur Mars

En mars, quand le merle a sifflé, l'hiver s'en est allé

Ou pas .. Ou alors le merle n'a jamais sifflé chez nous. Ah satané mois de mars côté météo. Tu n'as pas été très clément avec nous. Hiver interminable, début de printemps invisible ... Mais tout de même de jolis moments ! 

Ce mois-ci :

Tous les prétextes sont bons pour se retrouver ... et manger

A force, si vous suivez mes bilans, vous vous doutez que je suis une grande gourmande. Mon ventre, mes hanches, mes cuisses et mes fesses peuvent en attester. Mais que voulez-vous, on a qu'une vie ! En Mars, je me suis une nouvelle fois régalée de crêpes, d'une raclette, de pão recheado (traduisez : pain rond vidé de sa mie et rempli de fromage et chorizo), et d'autres bons petits plats qu'il n'est pas nécessaire d'évoquer, vous avez déjà assez l'eau à la bouche comme ça (en tout cas, moi oui !)


Lea et ses copains

Le mois de Mars a été ponctué par deux anniversaires de copains, dont celui de notre petit Hugo. Nous avons été invitées dans un parc de jeux pour nous amuser (enfin pas moi, je n'aime pas ces endroits hyper bruyants où tout le monde se bouscule) et pour .. pour .. pour .. déguster un bon gâteau fait par sa Maman ! D'ailleurs, j'en profite pour lui refaire un petit coup de pub, car elle fait de magnifiques gâteaux, et de délicieux gâteaux ! Voici sa page Facebook : BananaDelice.


Ma Maman a soufflé une bougie de plus

Ma Maman. Ma jolie Maman. Ma Maman d'amour. Nous avons fêté son anniversaire en famille, autour d'un bon petit plat (toujours !). Des moments simples mais qui me rendent heureuse à chaque fois.



Pour Avril, espérons un peu de soleil pour profiter de longues ballades ! 
Et vous ?


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mes autres bilans mensuels :

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager grâce aux icônes juste en dessous :)

13 avr. 2018

Tatiana de Rosnay - Sentinelle de la pluie

Tatiana de Rosnay, Sentinelle de la pluie, publié aux éditions Héloïse d'Ormesson

Synopsis : Sentinelle de la pluie est un roman d'une rare intensité dramatique où Tatiana de Rosnay déploie une tension psychologique magnifiée par un cadre apocalyptique renversant. Elle fait surgir de l'ordinaire bouleversé, l'insubmersible pouvoir de l'amour et de la rédemption.

La famille Malegarde est réunie à Paris pour fêter les 70 ans de Paul, le père, arboriste de renommée internationale. Sa femme Lauren prépare l'événement depuis deux ans, alors qu'importe les pluies diluviennes qui s'abattent sur la Ville Lumière et contrarient les retrouvailles. Mais Linden, le fils cadet, photographe charismatique, pressent que la redoutable crue de la Seine n'est pas la plus grande menace qui pèse sur l'unité de sa famille. Les secrets enfouis déferlent sous le ciel transpercé par les flots...

------------------------------------------------------------ Informations ------------------------------------------------------------

Date de sortie : 1er mars 2018
Editions Héloïse d'Ormesson - 368 pages
22 euros (broché) - 17.90 (ebook)
Source : Amazon (lien affilié)

------------------------------------------------------------ Mon avis -----------------------------------------------------------------

A l'occasion des 70 ans de Paul, et de leur 40 ans de mariage, Lauren réunit leur deux enfants à Paris. Le couple vit dans la Drôme, Tilia à Londres et Linden à San Francisco. Alors que cette parenthèse devait leur permettre de profiter de quelques jours en famille, la crue de la Seine en a décidé autrement. Mais un autre drame va venir chambouler ce week-end. Les Malegarde vont-ils rester unis ? Ou la famille va-t-elle, au contraire, éclater ? Ces deux événements vont faire ressortir de nombreux souvenirs, et pas que des bons ...

Comme à chaque sortie annoncée, j'attendais avec impatience de pouvoir me plonger dans le dernier roman de Tatiana de Rosnay. Il y a environ dix ans, sa plume m'avait bouleversée à la lecture de "Elle s'appelait Sarah", qui reste d'ailleurs mon livre préféré de l'autrice.

Tatiana de Rosnay nous entraîne à Paris, ville chère à son cœur. Ironie du sort, quelques semaines avant la sortie de ce roman, Paris subissait une importante crue. Je n'ai donc eu aucun mal à imaginer l'ambiance apocalyptique vécue par la famille Malegarde, dans la ville lumière. Les descriptions sont d'ailleurs détaillées et de ce côté-là, l'autrice a été très pointilleuse.

Le sujet de l'homosexualité y est évoqué. Peur de l'homophobie, peur de décevoir, peur de ne pas être considéré comme quelqu'un de "normal", aujourd'hui encore, il y a trop tabou sur l'orientation sexuelle de l'humain. Tatiana de Rosnay aborde ce sujet avec habileté.

Cependant, concernant l'histoire en elle-même, je suis malheureusement passée à côté de ce huit clos. Au niveau des personnages, j'ai trouvé Linden attachant. Je l'ai tout de suite senti torturé, et pour cause. Durant des années, il a caché une partie de sa vie à ses parents, et notamment à son père. Ce séjour tumultueux va lui permettre de s'ouvrir complètement à ce père réservé, qui a toujours eu beaucoup de mal à communiquer avec sa famille. 

Une légère déception pour moi. Il m'a manqué ce sentiment d'addiction à ma lecture, comme j'ai pu rencontrer avec "Elle s'appelait Sarah" ou encore "Le voisin". Cependant, cela ne m'empêchera pas de lire les prochains écrits de Tatiana de Rosnay.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager grâce aux icônes juste en dessous :)

10 avr. 2018

Du côté de chez vous - Mars 2018

Share the love

Ah Mars .. Ton printemps qu'on attend encore. Ton froid qui ne nous quitte pas. Et ces articles découverts bien au chaud chez moi :)

Un déodorant naturel en quelques minutes

C'est ce qu'Alexia, du blog Latelierdelexie, nous propose. Je suis en train de terminer mon dernier déodorant dit conventionnel et aimerai à présent passer à quelque chose de plus naturel. J'ai déjà opté pour le déodorant à la lavande de Schmidt, mais je pense fabriquer mon propre déodorant pour les journées où je sais que je ne vais pas courir partout ;). L'article d'Alexia est ICI


Une jolie Side-bar pour votre blog 

Le mois dernier, je partageais déjà un article de Claire du blog Beapipelette, qui nous propose d'embellir notre blog. Grâce à elle et son article que vous trouverez ICI, vous aurez une belle side-bar pour lister les liens de vos réseaux sociaux. Je ne sais pas vous, mais moi j'adore !


Plus de filtres sur Instagram ! 

Toujours chez Claire, qui vous explique dans son article comment obtenir des filtres Instagram cachés. Et il y en a qui sont vraiment sympa ! Son article est ICI.


Rendez-vous le mois prochain pour une nouvelle sélection !

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Du côté de chez moi

Voici les 3 articles qui vous ont le plus plu, d'après les statistiques en tout cas :
- Du côté de chez vous en février
- Aurélie Silvrestre : nos 14 novembre
- Albert Espinosa : Le monde soleil (les bracelets rouges)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être :
- Décembre 2017 : Du côté de chez vous en Décembre

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager grâce aux icônes juste en dessous :)

3 avr. 2018

Aurélie Valognes - Au petit bonheur, la chance

Au petit bonheur la chance d'Aurélie Valognes


Synopsis : 1968. Jean a six ans quand il est confié du jour au lendemain à sa grand-mère. Pour l’été. Pour toujours. Il n’a pas prévu ça. Elle non plus.
Mémé Lucette n’est pas commode, mais dissimule un coeur tendre. Jean, véritable moulin à paroles, est un tourbillon de fraîcheur pour celle qui vivait auparavant une existence paisible, rythmée par ses visites au cimetière et sa passion pour le tricot.
Chacun à une étape différente sur le chemin de la vie – elle a tout vu, il s’étonne de tout –, Lucette et Jean vont s’apprivoiser en attendant le retour de la mère du petit garçon.
Ensemble, dans une société en plein bouleversement, ils découvrent que ce sont les bonheurs simples qui font le sel de la vie.
Un duo improbable et attachant pour une cure de bonne humeur garantie !

------------------------------------------------------------ Informations ------------------------------------------------------------

Date de sortie : 7 mars 2018
Editions Fayard-Mazarine - 342 pages
17.90 euros (broché)
Source : Amazon (lien affilié)

------------------------------------------------------------ Mon avis -----------------------------------------------------------------

Eté 1968. Jean a six ans et est heureux en Normandie avec ses parents. Pourtant, entre eux, rien ne va. L'alcool et la violence ont eu raison de leur couple. Marie quitte sa terre natale pour se reconstruire à Paris et confie Jean à sa grand-mère Lucette. Pour quelques jours. Quelques semaines. Quelques mois. Pour toujours ... 

Entre Jean et Lucette, les choses ne vont pas toujours être simples. Lucette a ses habitudes et vit seule, dans le calme, depuis la mort de son bien aimé. Jean est quant à lui un moulin à paroles. Une complicité va tout de même s'installer entre ces deux êtres que la vie n'a pas épargnée.

Ah quel bonheur de retrouver Aurélie Valognes ! J'attendais la sortie de ce roman avec impatience, et ai été ravie de l'avoir reçu de la part des éditions Fayard Mazarine. "Au petit bonheur la chance" marque, selon moi, un tournant dans l'écriture de l'autrice. En effet, il est plus personnel. Aurélie Valognes nous explique d'ailleurs à la fin de son roman d'où est venue l'inspiration, puisée dans l'histoire de sa propre famille.

Ce roman est moins léger que les précédents. Il m'a réellement touchée, peut être de par son réalisme et la condition de la femme il y a 50 ans. Les personnages sont une nouvelle fois attachants. Lucette, qui paraît dure au premier abord est très touchante et m'a beaucoup émue au fil des chapitres. Il en est de même pour Jean, qui demande juste de pouvoir grandir tout en étant heureux. J'ai eu beaucoup d'empathie pour ce petit garçon plein de vie et d'une incroyable gentillesse. J'ai également été touchée par Françoise, sa tante, et Lucien, le facteur.

Et pour vous donner une idée de mon degré d'émotions : j'ai pleuré à la fin de ma lecture. Pour Marie, pour Jean, pour Serge, pour Lucette ... Et pourtant, je n'ai pas apprécié le personnage de Marie. Mais finalement, les apparences sont une nouvelle fois bien trompeuses.

Ce roman est une grande réussite et une belle évolution dans l'écriture d'Aurélie Valognes. Il détrône "Minute, papillon !" que j'ai adoré également. Je vous le recommande fortement et remercie les éditions Fayard Mazarine d'avoir pensé à moi pour découvrir le dernier ouvrage de cette autrice que j'affectionne depuis plus d'un an.

------------------------------------------------------------ Les extraits retenus ---------------------------------------------------

"Une famille, cela se construit et se mène à deux. Pas l'un contre l'autre".

"Ceux que tu aimes le plus vont et viennent, repartent et reviennent. En prenant un bout de ton coeur à chaque fois. Mais tu ne vas pas te priver d'aimer de peur de devoir souffrir un peu ?"

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mes autres chroniques d'Aurélie Valognes :


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager grâce aux icônes juste en dessous :)